l’Air(e), spectacle jeune public

Musiciens : François Papirer, Enrico Pedicone, Rémi Schwartz

“l’Air(e)” est un spectacle écrit qui se nourrit d’une part d’improvisation et de performance.
Pour 3 percussionnistes, électronique et 1 régisseur lumière.

“Inventif, drôle, maniant l’humour et le mystère […]
avec ou sans musique, entre humour dada et tragique extravagant […]
tout est éminemment fluide “
ResMusica

L’alerte retentit : Trois individus se retrouvent acculés, enfermés dans un réduit de six mètres par quatre. Comment fuir cette réalité ?
Ils convoquent alors le théâtre instrumental de Jacques Rebotier, leur donnant des mots à mordre et des idées à moudre. Du glissement des sons et du sens, Francesco Filidei et Thierry De Mey leur rappelleront que le rythme est vécu dans le corps, par le mouvement. D’autres complices tels Pierre Jodlowski, James Tenney et Steve Reich apporteront leurs remèdes musicaux afin que nos trois héros puissent changer d’Air(e) pour mieux danser la vie dans un spectacle hors du temps.

1. ATTENTION Confinement, extrait de 22, Placards!, de Jacques Rebotier, 2’30
2. C’est épouvantable – brève n°2, Jacques Rebotier, 10’
3. Bonneteau – brève n°41, Jacques Rebotier, 2’
4. Musique de tables, Thierry de Mey,  6’
5. Avis D’EXPIR, extrait de 22, Placards!, de Jacques Rebotier, 4’
6. Qu’est-ce que l’air – brève n°26 , Jacques Rebotier, 1’30
7. Avis D’EXPIR (suite et fin)
8. L’oeil du dieu – brève n°84, Jacques Rebotier, 1’
9. Le dieu dans ma poche – brève n°96, Jacques Rebotier, 1′
10. Having never written a note for percussion, James Tenney, 5’
11. Pad phase, Pattern 1, d’après Piano Phase de Steve Reich, 6’
12. La mort-naissance – brève n°55, Jacques Rebotier, 2’
13. I funerali dell’anarchico Serantini, Francesco Filidei, 8’
14. Pad phase, Pattern 2, Steve Reich, 5′
15. 24 Loops, Pierre Jodlowski, 8’
16. Pad phase, Pattern 3, Steve Reich, 5’

Le trio No Bad Vibes
En 2016, François Papirer, Rémi Schwartz et Enrico Pedicone élaborent un programme de musique contemporaine adressé au jeune public, présentant la diversité des instruments à percussion à travers le monde. Le spectacle évolue en 2018 ; il se construit une identité nouvelle au sein des Percussions de Strasbourg : le trio No Bad Vibes est né. Aujourd’hui, leur spectacle l’Air(e), est un objet protéiforme où se côtoient pêle-mêle l’univers du rock, l’exigence de la musique contemporaine, la puissance de l’électro, et le dadaïsme d’un théâtre instrumental.

Les œuvres :

Musique de tables – Thierry De Mey, 1987, 6’
Musique de tables est une pièce pour trois percussionnistes disposant de tables pour seul instrument. Les positions des mains et les « figures » de mouvement sont codifiées dans un répertoire de symboles. Les pichenettes, caresses, frottés, tapés… sont amplifiés, leur conférant une réelle présence émotive. Au point de rencontre entre musique et danse, le geste importe autant que le son qu’il produit.
Thierry De Mey est compositeur et réalisateur belge né en 1956. L’intuition du mouvement est sans doute ce qui guide l’ensemble de son travail. 
http://brahms.ircam.fr/thierry-de-mey

Having never written a note for percussion – James Tenney, 2004, env. 5’
Il s’agit de la pièce la plus connue de ce compositeur américain, requérant de son interprète de la jouer avec constance, de son point le plus silencieux à son point le plus fort, et vice versa. Une fascinante exploration du son, du volume, et une démonstration du pouvoir hypnotique des drones musicaux.
James Tenney est né en 1934 au Nouveau-Mexique. Il s’intéresse aux caractéristiques du son et de sa perception, son travail est une contribution inestimable au développement de l’esthétique musicale depuis John Cage. 
http://brahms.ircam.fr/james-tenney

Il Funeralli dell’ anarchicho Serantini – Francesco Filidei, 2005, 8’
L’œuvre rend hommage à l’une des victimes de la répression policière des années de plomb, décédée en mai 1972 en Italie. Les juges-musiciens observent le public ; le procès débute. Sans autre instrument que leur propre corps, ils font entendre leur masque et leurs mains…
Francesco Filidei est l’un des compositeurs les plus prometteurs de sa génération. Né en 1973, il lui reste de son Italie natale, des histoires, des souvenirs, des évènements politiques tragiques qui ont marqué les Italiens notamment la période des « années de plomb ». Il a souhaité interpréter les funérailles de Franco Serantini, anarchiste populaire battu à mort par les forces de l’ordre lors d’une manifestation à Pise.

24 Loops – Pierre Jodlowski, 2007, 8’
Cette œuvre se sert du principe d’écriture cumulative qui consiste à utiliser les ressources électroniques pour empiler des séquences jouées en direct ; ce qui est joué par les musiciens est, au fur et à mesure, figé dans le temps par un système de mise en boucle. La musique ainsi créée est le résultat de l’empilement des éléments successifs.
La musique de Pierre Jodlowski se situe au croisement du son acoustique et du son électrique et se caractérise par son ancrage dramaturgique et politique. Ses œuvres et performances sont diffusées dans les principaux lieux dédiés aux arts sonores et contemporains dans le monde entier.
http://www.pierrejodlowski.fr/

Pad phase – Steve Reich, 1967, 16’
Une adaptation et une interprétation singulière de Marimba Phase de Steve Reich. C’est une cure de jouvence que subira cette pièce grâce à la lutherie et aux possibilités infinies de l’électronique. Tous les ingrédients musicaux sont ici réunis pour faire de ce morceau un tube du XXIème siècle : un rythme soutenu, une ligne mélodique répétitive de quelques notes, un phasage faisant perdre momentanément la notion de tempo, une diffusion du son augmentant les perceptions de l’espace, le tout agrémenté d’un mixage digne des meilleurs clubs branchés de la planète…
Né en 1936 à New York, Steve Reich étudie le piano puis se tourne vers la percussion. Il compose ses premières œuvres pour bandes magnétiques basées sur le principe du déphasage graduel qu’il adapte ensuite aux pièces instrumentales. Reich incarne la branche musicale du minimal art dont la pièce emblématique « Pendulum Music » est à mi-chemin entre sculpture sonore et performance. 
http://www.stevereich.com/

Jacques Rebotier
Jacques Rebotier appartient à la folle famille de dislocateurs de mots, de sons et de cerveaux. poète, compositeur, metteur en scène, il joue des points de vue et des registres dans une œuvre qui croque, à pleines dents, une civilisation qui ne va pas fort.
Poète : Rebotier est l’auteur d’une quinzaine de livres, performeur, il est régulièrement invité à dire ses textes.
Metteur en scène : Ses spectacles, dérangeants et joyeux, allient une écriture exigeante à un esprit insolite, ou plutôt « incongru » : ce qui refuse de se mélanger. Il fonde en 1992 la compagnie voQue : ensemble de musique et compagnie verbale à l’origine de nombreuses créations.
Compositeur : Rebotier écrit une musique libre, expressive, souvent liée au texte, ou virant au théâtre instrumental. Jeux de langage, formes, glissements du son et du sens, le travail de Rebotier porte avec précision sur tous les aspects du phrasé et de l’articulation, intonation, accentuation, rythme, débit.
http://www.rebotier.net/

Les dates :

30 janvier 2021 : Vidéo live à la Cité de la Musique et de la Danse GrandSoissons

Concerts décentralisés avec la Collectivité européenne d’Alsace :
20 septembre 2021 – La Wantzenau
25 septembre 2021 – Fouchy
26 septembre 2021 – Wingersheim les Quatre bans

Téléchargements